Publié le 23 Mar 2019, à 14:41

Le ministère de l’éducation élargie les prérogatives des inspecteurs pour renforcer la lutte contre les cours particuliers dans les espaces anarchiques

Un projet de décret gouvernemental vient d’être élaboré par le ministère de l’éducation pour élargir les prérogatives des inspecteurs administratifs et financiers afin de mieux lutter contre les cours particuliers donnés en dehors des établissements scolaires dans des espaces anarchiques et non sécurisés pour les élèves, a souligné, vendredi 22 mars, Fethi Zermeddini, directeur des affaires juridiques au ministère de l’Education.

Dans une déclaration à l’agence TAP, il a précisé que ce projet de décret gouvernemental stipule également le renforcement du corps des inspecteurs administratifs et financiers dont le nombre est limité actuellement à une trentaine sur l’ensemble du pays à raison de 1 ou 2 inspecteurs par délégation régionale.

“L’objectif est de porter le nombre d’inspecteurs administratifs et financiers par délégation régionale à quatre afin qu’ils soient capables d’assurer convenablement les missions qui leur sont attribuées et lutter contre tous les éventuels dépassements”, a-t-il précisé.

Zermeddini a rappelé que le décret gouvernemental 1619 de 2015 avait été promulgué pour organiser et réglementer les cours particuliers dans les espaces éducatifs publics en les interdisant strictement dans tout autre espace extérieur. En vertu de cette loi, les contrevenants encourent des sanctions disciplinaires de 2ème degré et en cas de récidive, c’est carrément la révocation.

Toutefois, ce texte n’a pas empêché nombre d’enseignants de continuer à donner des cours particuliers dans des espaces anarchiques, mettant ainsi en péril la vie des élèves (conditions sanitaires inappropriées, agressions sexuelles…), a-t-il dit.

Pour ce faire, le ministère de l’éducation a décidé de mettre en œuvre les dispositions du décret gouvernemental 1619 de 2015 en appelant les directeurs régionaux de l’éducation à renforcer le contrôle et à décider l’arrêt immédiat du travail de chaque contrevenant en attendant son passage par le conseil de discipline, a expliqué Fethi Zermeddini.

Le responsable a ajouté que l’arrêt immédiat du travail sera décidé suite à des signalements et à des rapports fournis par les inspecteurs administratifs et financiers qui pourront, en vertu, du projet de décret-loi gouvernemental, entendre les différentes parties y compris les parents pour avoir plus de preuves sur les infractions.

S’agissant du numéro vert publié récemment sur les pages des réseaux sociaux pour dénoncer les enseignants qui donnent des cours particuliers dans des espaces privés anarchiques, le responsable a assuré que le ministère de l’éducation n’a mis aucune ligne verte pour ce genre de signalements.

Par ailleurs, il a fait savoir que le ministère de l’éducation lancera des campagnes de sensibilisation pour dissuader les parents d’inscrire leurs enfants dans des cours particuliers en dehors des établissements éducatifs.